Suivons l'Histoire ...

du 15ème

            au 19ème


1475 : Guerres de Comté, les Bernois avec Louis XI contre Charles le Téméraire.
1493 : Bataille de Dournon entre Français et Maximilien d’Autriche. Levier subit des saccages et pillages.
1636 à 1639 : Episodes de la Guerre de Trente ans. Des bandes « de Suèdes » conduites par Saxe-Weimar pillent, volent, tuent et détruisent de beaux villages de la montagne du Jura, dont Levier. En 1660, Il ne reste plus que 40 feux sur 165 avant guerre. Des nouveaux arrivants viennent de Suisse et de Savoie. Le curé de Levier, Jean Louis Bousson est le témoin de ruines encore au village 60 ans après.
Octobre 1793 : les mouvements de troupes révolutionnaires (Volontaires du Doubs, 6° bataillon de la Drôme) réquisitionnent les chevaux, harnais, armes, matelas, couvertures, draps des habitants de Levier
1871, le 27 janvier, sous 70 cm de neige et par –18°C, c’est la débâcle et le retrait du15° corps de l’armée française de Bourbaki, et le 28 janvier, c’est l’arrivée de la 14° division prussienne du général Zastrow à Levier. 3 soldats sont  morts. 106 décès de civils suivront suite aux épidémies de peste, choléra et petite vérole coïncidant avec l’occupation prussienne, 323 familles sont victimes de réquisitions et vols.




puis au 20ème siècle


1914, le 2 août : mobilisation de tous les jeunes du village ; 50 soldats de Levier sont morts pour la France 1917 à 1917 : des soldats forestiers Américains sont au Rondé.
11 novembre 1918, la population fête la victoire dans les cafés aux frais de la municipalité mais plongent des familles dans le deuil.
Noël 1918, c’est le premier arbre illuminé et des cadeaux, sucreries, jouets pour les enfants de Levier au camp américain du Rondé avec le premier film projeté en noir et blanc.
1940  le 17 juin : les Allemands entrent  dans Levier avec un défilé de chars, auto blindés, motocyclettes et s’installent au pensionnat saint Joseph. La débâcle, les jeunes qui sont partis en 2 équipes reviennent et cherchent à échapper au STO. Trois Kommandanturs se succèdent. Un vœu et une procession sont souscrits si le village est épargné de la destruction.  Ce sera le cas et la procession à la Vierge de la Ficelle.
11 soldats sont morts pour la France.  la Résistance s’organise avec le maquis à Maillot.
1944, le 4 septembre à 13 h 30 les soldats français de Delattre de Tassigny descendent le Mont. C’est la joie, les habitants  sont dans les rues et le drapeau français flotte tout en haut du clocher grâce à la témérité de 5 jeunes gens du village.