"Après les deux grands incendies, déclenchés par un pyromane en 1855, qui ravagèrent 46 corps de bâtiments, le centre du village et la rue de l’Argillier (actuelle rue de Salins) vont connaitre d’importantes modifications : le terrain couvert de ruines, de chasaux*, les 38 ares situés au centre, non bâtis, la rectification de la route impériale N° 72, vont donner lieu à deux grands projets :
 
·         La construction d’un imposant  hôtel de ville, digne d’un chef lieu de canton, et de places, dont celle au-devant du bâtiment qui reçoit par temps d’orage les eaux des quartiers. Le conseil propose pour 400 Fr, de niveler et protéger cette  place de l’Hôtel de Ville à partir de matériaux de rocailles provenant des fouilles de l’ancien cimetière. Les déblais et matériaux retirés vont ainsi servir au comblement de l’esplanade de l’Hôtel de Ville.
 
·         En face l’autre place est celle d’une fontaine, déplacée le 10 décembre 1856. L’ancienne avec son chenal d’écoulement, perturbait en plein carrefour la circulation des convois et diligences sur cet axe impérial. La rectification de la route imposait son déplacement.
Entourée de dalles et pavés, cette nouvelle fontaine est composée d’un bassin circulaire intérieur et d’une couronne extérieure dont la circonférence atteint les 35 mètres. Au centre s’élève une colonne cannelée coiffée d’un chapiteau décoré de motifs floraux, surmonté d’une vasque avec des têtes d’angelots.
Sur cet espace, des ilots informels sont constitués de jardins clôturés, de dépôts de bois, de grands arbres et des places à fumier des riverains.
A partir de 1900, les municipalités successives vont acquérir et exproprier les propriétaires de ces terrains et « places à fumier ».
En 1956, le conseil municipal d’alors rénove totalement l’emplacement en réduisant la fontaine à son bassin intérieur, en plantant une dizaine de  marronniers et en revêtant de bitume les places dotées d’un giratoire central.  
 
2008 : rénovation des réseaux souterrains d’eaux usées sous la place de Verdun
 
2019 : rénovation complète des deux places pour un nouveau concept :
Ø  Imposer une réduction de vitesse et fluidifier la circulation (tracer une nouvelle voirie et adapter les gabarits, contraindre les voitures à ralentir, favoriser le giratoire aux poids lourds),
Ø  Donner une échelle urbaine par la requalification des espaces du centre,
Ø  Favoriser les traversées piétonnes et mettre en valeur le commerce local,
Ø  Mettre en évidence le patrimoine : le parvis de la mairie avec une place minérale, et une place avec un esprit jardin plus intime, plus convivial, plus rustique intégrant la fontaine avec des pavés et bancs circulaires,
Ø  Cantonner le stationnement de façon plus rigoureuse devant la maison de santé et sur le côté de la mairie,
Ø  Créer une perception de centralité à l’arrivée sur le centre bourg et redonner du volume à la Mairie,
Ø  Redonner la place aux piétons dans le centre avec un linéaire plus important de trottoirs."
                                                                                                                      Jean-Pierre Gurtner
Chasaux* : Masures