15 septembre 1718 : 80 maisons deviennent la proie des flammes, causant la mort de 7 personnes par la faute d’un habitant. L’église, la cure et les extrémités du village sont épargnées.

11 janvier 1848 et 22 août 1855 : deux gros incendies détruisent d’abord 10 puis 46 bâtiments. Ils « jettent à la rue plus de 350 personnes » et sont suivis d’une épidémie de choléra.  Le nombre de décès enregistrés en 1855 est de 115.
La paupérisation oblige la municipalité à solliciter en 1861 plusieurs Sœurs de la Charité.

1885, le 11 mai : incendie au bas du Gavier, deux personnes âgées et 3 jeunes de 18 à 25 ans, victimes de leur dévouement, décèdent sous les décombres.

1958, le 13 mai : incendie au centre du village ; 15 ménages et 58 personnes sont sans logis, un pompier est blessé sous les éboulis avec des séquelles durant toute sa vie. Grand élan de générosité d’habitants du département.
1982, le 2 juin : tornade de force 4 ; 5 maisons, une ferme, une scierie sont détruites, ainsi qu’un atelier de stockage, une usine FEG et de nombreuses voitures. Une cellule de crise est instaurée par le Préfet ; la zone est déclarée sinistrée.

2012, le 30 juin : tempête de grêlons de 100 à 150 grammes, 800 à 900 maisons sont impactées, 20 entreprises de couvertures et charpentes sont mobilisées, 40 000 tuiles sont à remplacer.

Par Jean-Pierre Gurtner